Hors Série Spécial Été: Trajet Bruxelles – Carcassonne – 3/5

NDLR: Si vous avez raté l’article numéro 1 de cette série spéciale été, cliquez-ici.

Jour 2 : Le rêve électrique (ou presque)

Nous quittons l’hôtel vers 12h avec une batterie rechargée à 85%.

12h00 – Départ vers aire de Bois Mandé Ouest

Étape suivante vers l’aire de Bois mandé Ouest. Nous réalisons cette étape de 126 km à 130 km/h. Nous arrivons vers 13h.

Nous procédons à la charge. Nous essayons une identification via le site internet. Cela ne fonctionne pas parce que le réseau GSM n’est pas disponible! On est de plus en plus performant 😉

J’utilise immédiatement la deuxième charge de mon badge Sodetrel. La charge est à 98% en 40 minutes. Il fait très chaud. J’active la climatisation du véhicule. Cela refroidit les batteries et accélère un rien la charge.

Nous profitons de cette pause pour prendre un café et j’en profite pour acheter un nouveau passe (on ne sait jamais).

À nouveau, il semble que ce ne soit pas très courant. J’ai dû trouver le gestionnaire de la station qui les avait sur son bureau 😉 Il est évident que si je retente un périple d’une ampleur pareille, je m’arrangerai pour disposer d’un badge qui fonctionne.

13h42 – Départ vers Brive la Gaillarde.

Nous démarrons donc vers l’intermarché de Brive la Gaillarde pour une étape de 151 km que nous réalisons en 1h30. Il est 15h17.

Je parviens à m’identifier avec le site internet. Nous chargeons 53 min. La batterie est chargée à 100%. Mes accompagnatrices en ont profité pour faire quelques achats à l’Intermarché et nous décidons de nous restaurer un peu plus loin sur des bancs en bois sur le terrain des sapeurs pompiers de Brive la Gaillarde.

Sur ce terrain, se trouvent des carcasses de voiture. Au départ, je pensais qu’il s’agissait de véhicules accidentés. En fait, pas du tout. Ce sont des véhicules qu’ils reçoivent neuf.

Ces derniers servent pour leur écolage pour apprendre à désincarcérer le plus efficacement possible.

Il fait très chaud. J’ai activé la climatisation.

16h30 – Direction Aire de Frontonnais SUD

Nous démarrons vers 16h30. La température est très élevée. Il fait plus de 33 degrés. Nous ne pouvons plus nous passer de la climatisation et nous activons le mode ECOPRO (c’est à dire avec climatisation).

L’aire du Frontonnais SUD est distante de 174 km.

Nous y arrivons à 18h10 avec une moyenne de 100 km/h. Il y avait quelques embouteillages sur ce tronçon. Nous avons perdu une dizaine de minutes.

Il reste 15% de batterie. J’ai l’impression que notre I3 consomme de moins en moins. Le trajet était pourtant très accidenté.

Nous parvenons à nous identifier avec le site internet. Nous devons encore réaliser 70 km. Je décide de limiter notre temps de charge au minimum (22 minutes). Nous chargeons 16 KWh. Notre batterie est chargée à 65%.

18h35 – Direction Saint-Michel de Lanès

Le dernier trajet avant notre arrivée à Saint Michel de lanès est très accidenté.

Nous démarrons à 18h35. Nous arrivons à destination à 19h30.

Ce dernier tronçon est parcouru à 130 km/h quand c’est possible.

Il y a une grande section à 110 km/h

Bilan de cette deuxième journée:

Nous avons réalisé 512 km en 7h30. Soit une moyenne de 68 km/h.

Avec un véhicule thermique cela nous aurait pris 5h30 avec une pause de 30 minutes. Ce qui nous aurait donné une moyenne de 93 km/h. Les charges nous ont donc coûté 2h de temps. Il est intéressant de noter que si nous avions pu disposer d’un badge qui fonctionne, nous aurions facilement économisé 40 minutes. Cela nous aurait donné 512 km en 6h50 ou 75 km/h de moyenne.

Cette journée s’est donc révélée être beaucoup plus productive que la veille.

Notre état de fatigue est excellent. La multiplication des pauses présente cet avantage. Les participants partagent le même avis. Le temps ne leur a pas semblé (trop) long. Nous étions néanmoins content d’arriver à destination 😉

Sur place : Comme tous les jours

La semaine s’est composée de petits trajets touristiques. Nous avons parcourus +/- 400 kilomètres de petites routes. Je n’ai pas établi de bilan de consommation. Vu mon expérience, on doit tourner autour de 13 KWh/100 km.

Les recharges ont été exclusivement réalisées à Saint Michel de Lanès où nous avons loué une adorable maison.

(NDLR: un peu d’histoire)

La région est vraiment belle et les raisons de sillonner les routes ne manquent pas.

Au niveau culinaire, la réputation du cassoulet n’est pas usurpée 😉

Le canal du midi est magnifique.

Ouvrage d’art exceptionnel, considéré par ses contemporains comme le plus grand chantier du xviie siècle, le canal du Midi révolutionne le transport fluvial et la circulation dans le Midi de la France de l’Ancien Régime. Le défi, relevé par Pierre-Paul Riquet, son concepteur, fut d’acheminer l’eau de la montagne Noire jusqu’au seuil de Naurouze, le point le plus élevé du canal. Colbert autorise le début des travaux par un édit royal d’octobre 1666. Supervisé par Pierre-Paul Riquet, le chantier dure de 1666 à 1681, sous le règne de Louis XIV. (Source Wikipedia)

Occupée depuis le Néolithique, Carcassonne se trouve dans la plaine de l’Aude entre deux grands axes de circulation reliant l’Atlantique à la mer Méditerranée et le Massif central aux Pyrénées.

La ville est connue pour la Cité de Carcassonne, ensemble architectural médiéval restauré par Viollet-le-Duc au xixe siècle et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997.

La ville de Carcassonne entretient la légende selon laquelle le nom de la ville de Carcassonne daterait du début du ixe siècle. Au moment des faits, la ville aurait été sarrasine. Charlemagne aurait fait le siège, mais la maîtresse des lieux, dame Carcas, aurait fort résisté. Les deux armées seraient devenues affamées. Tandis qu’il n’aurait resté qu’une mesure de blé et un petit cochon dans la cité, la dame Carcas aurait eu l’idée de démoraliser ses adversaires.

Le porcelet aurait été engraissé, puis projeté par-dessus les remparts. Pensant que la ville avait encore beaucoup de nourriture, Charlemagne aurait fait lever le siège. À ce moment, dame Carcas aurait fait sonner les trompettes (ou les cloches des églises) et, Charlemagne revenant sur ses pas, la dame Carcas lui aurait proposé la paix. D’où l’expression « Carcas sonne ». (Source Wikipedia)

 

(NDLR: C’est ainsi que se termine cette deuxième journée de trajet avec arrivée sur le site de destination finale: Carcassonne. A demain pour le quatrième article consacré à la première journée du voyage retour !)

Brice

[blog_subscription_form]

5 Comments on “Hors Série Spécial Été: Trajet Bruxelles – Carcassonne – 3/5”

  1. Bonjour,
    Chouettes articles ! Étant possesseur de la même i3, en, Belgique également, je n’ai encore jamais dû recharger ailleurs que chez moi. Les longs trajets ne m’inspirent pas vraiment avec cette voiture et il semble que ça reste en effet compliqué.

    Sinon, petite question: vous n’utilisez pas l’application bmw i remote ? Il y a-t-il une raison à cela?

    Merci en tout cas pour le retour d’expérience 😊

    1. Bonjour Arnaud,

      Sans vouloir défendre l’i3 particulièrement, j’ajouterai que ce sont les voyages longs avec n’importe quelle voiture électrique aujourd’hui qui ne sont pas rassurants et pas seulement l’i3 BEV (sans RREX donc). (et…hors Tesla).

      Il faut espérer que d’ici quelques années les choses soient simplifiées et surtout que les réseaux de charge 150 et 350 kWh se développent rapidement (avec la compatibilité du véhicule bien sûr car les i3 d’aujourd’hui sont limitées au 50 kWh quoi qu’il arrive).

      Je pense qu’avec un réseau de charge décent à minimum 150 kWh, on aura fait le plus gros.

    2. Il ne faut pas avoir peur 😉
      C’est encore un peu compliqué. C’est tout.

      I remote est abandonné et n’évoluera plus.
      Il faut utiliser Connected.

      1. J’ai pris la bev 94Ah sachant pertinemment que j’aurai assez d’autonomie pour faire l’aller-retour au travail sans soucis. Après, je l’utilise au maximum (j’ai fait 30.000 km depuis que je l’ai) mais les rares fois où j’ai tenté la recharge publique, ce n’était pas très concluant. Bref, j’avoue utiliser ma voiture thermique lors de longs trajets.

        Je ne savais pas pour l’application. J’ai dû rater l’annonce de bmw. Du coup, il n’y a plus les statistiques de consommation?
        On dirait qu’il n’y a que le dernier trajet.

        Brice, je suis bien d’accord avec toi, les bornes sont souvent trop lentes ou en panne d’ailleurs. Enfin, ça évolue bien et je ne regrette clairement pas la i3. C’est une super voiture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *