(89 Jours) Rencontre: Diversité électrique

Salut à tous !

Après le récit d’une rencontre exclusivement BMW i3 jeudi matin dernier, j’avais également rendez-vous le même jour, mais en soirée cette fois, avec Stéphane – président de l’association VEGA (dédiée à l’électro-mobilité dans le Pays de Gex) – ainsi qu’avec Olivier et Nicolas pour échanger entre propriétaires de véhicules électriques.

Portraits:

  • Nom: Olivier, Age: 45 ans Possède: 1 VE (Renault Zoé « Intense » 22 kWh), 1 Hybride, 1 trottinette électrique Aime sur son VE: Le couple (nervosité) et le look N’aime Pas: Pas de barres de toit possible ni d’attelage Prochain VE: Tesla, Porsche Hybride, autre VE gros gabarit Pannes: Rappel sur durite mais pas de panne particulière
  • Nom: Nicolas Age: 28 ans Possède: 1 VE (Renault Zoé « Life » 22kWh), 1 trottinette électrique Aime sur son VE: Le couple et le silence N’aime Pas: Avertisseur piéton (le son de « soucoupe volante ») par défaut et la tenue de route Prochain VE: Un plus puissant si possible Pannes: Chauffage

Tâchant de trouver un compromis en terme de distance pour ce rendez-vous, c’est finalement le splendide site historique du Pont de la Caille qui fera office de point de ralliement pour cette rencontre. Petite parenthèse pour signaler que cela fait maintenant plus de deux semaines que je roule sans une goûte d’essence dans le REX; petit stress et calculs mental nécessaire avant de partir pour être sûr de ne pas me retrouver sur le carreau car je n’avais pas recharger la veille. Le REX reste un sacré relaxant…Bref. Étant, pour une fois, très en avance sur notre heure de rendez-vous, j’en ai évidemment profité pour prendre quelques clichés de ma chouchoute.

Stéphane était donc venu avec sa Nissan Leaf. Olivier et Nicolas étaient quant à eux venus avec leurs Renault Zoé et j’étais impatient de pouvoir faire leur connaissance car nous ne rencontrons pas tous les jours des utilisateurs de véhicules électriques, encore trop rares sur nos routes, même si les ventes sont en croissance perpétuelle. Pour information, Renault et Nissan représentent à eux seuls près de 50% du marché français des ventes de VE, suivis par la Peugeot iOn puis de très près par la BMW i3 (BEV et REX confondus) – source automobile-propre. Petite chose surprenante que je dois confesser cependant: je n’avais jamais approché de près ni l’une ni l’autre et c’était donc aussi une opportunité pour moi que de voir de plus près les différents acteurs du marché. Une chose est sûre cependant, je ne m’amuserai pas à faire jouer ces voitures dans la même catégorie et tâcher de les comparer entre elles tant elles sont toutes les trois segmentées très précisément sur trois créneaux tarifaires propres avec des caractéristiques, avantages, et inconvénients bien distincts. Et puis j’ai toujours eut horreur des débats stériles du type « C’est la Clio ou la Peugeot 407 qui est la plus forte ? »; ça n’a simplement pas de sens.

Arrivée des trois compères quelques minutes plus tard, je suis soudainement sidéré par ce que j’entends: rien du tout. Malgré le fait que j’ai pu m’habituer au silence en roulant dans ma propre voiture, je n’avais jamais vraiment fait la connexion dans ma tête avec ce qu’éventuellement les autres pouvaient percevoir de l’extérieur. On a beau le savoir, c’est toujours suréaliste de voir une voiture s’approcher sans faire un bruit car nous sommes formatés depuis notre toute jeune enfance à cet environnement sonore. Enfin presque sans bruit car la Zoé par exemple, à faible allure, émet un bruit de soucoupe volante si je puis dire – comment peut-on savoir quel bruit ça aurait de toute façon – en guise d’avertisseur piéton , et le fan de science-fiction que je suis n’a pu s’empêcher de trouver ça « super cool » ! Quant à la Nissan Leaf, j’ai pu entendre son  » Biiip Biiip » de marche arrière. Vous savez, le bruit que font les engins de chantier quand ils reculent, sauf que là bien sûr, beaucoup plus discret, raffiné et moderne; pas désagréable du tout.

bmw_i3_zoe_leaf_mabmwi3_17

Une fois les bestioles électriques positionnées pour faire la pose, petite séance shooting en perspective. L’emploi du temps chargé de Stéphane ne m’a malheureusement pas laissé assez de temps pour prendre des clichés ou essayer sa Leaf mais ce n’est que partie remise car nous devrions nous retrouver le 8 octobre prochain sur l’aéroport d’Annecy Meythet lors de la Deuxième Journée de la Mobilité électrique organisée par l’Automobile Club du Mont-Blanc.

C‘est lors de rencontres comme celles-ci qu’on se rend compte de la variété de situations dans lesquelles un véhicule électrique peut-être utilisé et les différents moyens mis en oeuvre pour l’intégrer dans sa vie de tous les jours. Je pense évidemment aux types de recharges. Nous avions tous des systèmes  différents, entre mon REX très occasionnel et aucune possibilité de charge rapide (car je n’ai pas pris l’option) avec trajet très court pour aller travail, à la wallbox d’Olivier pour recharger rapidement sa Zoé à domicile, ou encore la charge lente de Stéphane sur sa Leaf, nous avons tous finalement pu nous adapter à nos styles de vie et l’autonomie n’est jamais réellement un problème. Alors oui, évidemment, certains (dont je fais partie sans vraiment le vouloir) ont des véhicules « principaux » ou secondaires thermiques voir hybrides, mais on se rend compte que la voiture la plus utilisée – et de très loin – reste le VE. Confort de conduite, nervosité, silence, pollution, faible entretien, faible coût en énergie: tous les atouts sont là, à disposition, et se révèlent être extrêmement appréciables tout au long de la semaine.

Comme je le disais au début de cet article, je ne vais pas pouvoir trop parler de la Nissan Leaf mais ce ne sera que partie remise. En revanche, j’ai pu monter dans la Zoé de Nicolas, l’essayer, et voir un peu le travail que Renault avait fait pour séduire sa propre clientèle mais pas seulement. D’ailleurs, j’espère surtout pouvoir nous débarrasser de la Peugeot 206 Diesel que nous avons toujours, et qui ne nous sert que très peu, et la remplacer par, éventuellement, une Zoé.

Je vais donc tout de suite attaquer avec les quelques petits choses que je n’ai pas apprécié sur cette Zoé, et il va de soit que ce n’est qu’un avis totalement subjectif et qui n’engage que moi. Si vous êtes intéressé par cette voiture, allez faire un essai dans une concession Renault et jugez par vous-même.

Ce que je n’ai pas apprécié sur la Zoé:

  • La console centrale avec sélecteur de vitesse type boîte automatique. Inutile car prend trop de place et n’est plus nécessaire aujourd’hui puisqu’il n’y a aucune partie mécanique dans ce véhicule. Après discussion avec Nicolas, il est possible en effet que Renault est choisi ce design pour ne pas trop déstabiliser les acheteurs potentiels et ne pas trop s’éloigner de ce qu’ils connaissaient.
  • Le frein à main mécanique bruyant façon Renault 4L, ça fait tâche dans un environnement moderne.
  • La finition de certain éléments: certains plastiques font vraiment très cheap et grincent quand on les manipule (même l’i3 n’est d’ailleurs pas exempte de défaut malgré son prix premium !)
  • Pas de conduite « mono-pédale »: Très faible décélération lorsqu’on relâche la pédale d’accélérateur. Mais il faut reconnaître que c’est l’un des gros points fort de l’i3 et je m’y suis plus qu’habitué.

Ce que j’ai aimé sur la Zoé:

  • L’accélération au démarrage: Une vrai bonne surprise ! Car avec peu de chevaux sur le papier et un poids supérieur de près de 200 kg face à une BMW i3, je ne m’attendais pas à avoir ce petit punch au démarrage. Et bien si !
  • L’allure global intérieure: Dans l’ensemble, c’est sobre, moderne et tout à fait adéquate pour un véhicule qui reste peu cher face à la concurrence.
  • L’allure extérieure: Moi, j’aime. Certain détestent mais je ne comprends pas trop ce qui peut choquer. Elle est charmante cette Zoé, et l’i3 n’est pas un modèle d’esthétisme extérieur absolu non plus; même si avec l’habitude on la trouve de plus en plus belle.
  • « Oh! Une soucoupe volante! » On l’entend arriver doucement et c’est fun !
  • Le R-Link ! Alors là… j’ai honte pour le coup avec mon système… Enfin honte et pas honte. Je vais me permettre de faire un petit comparatif pour le coup entre ce système multimédia R-Link et le BMW Connected Drive:
    • Un point pour l’écran tactile du R-Link de la Zoé
    • Un point pour l’ergonomie du R-Link (Menus, accès facile de l’information,…)
    • Un point pour le système BMW pour l’écran « wide » semi haute-définiton (720p)
    • Un point pour la molette de contrôle tactile BMW qui reste à portée de main car l’écran tactile éloigné, en roulant, c’est pas top.

L‘apéro – sans alcool s’il vous plaît – se termine (mon frunk avait fait office de glacière pour ramener quelques victuailles) et après avoir fait essayer mon i3 à Nicolas (je crois que l’accélération l’a convaincu…), c’est sur ces quelques clichés en vrac que cette rencontre se termine. Je tiens à remercier particulièrement Stéphane « VEGA » pour son accueil et qui a su ramener deux passionnés de voitures électriques rapidement pour ce rendez-vous ainsi que Nicolas et Olivier pour leur présence et les échanges constructifs que nous avons pu avoir.

Je vous dis à très vite pour d’autre articles car j’ai encore plein de choses à raconter et j’espère que vous continuerez d’être fidèle. N’hésitez pas à faire de la pub autour de vous pour ce blog car plus on est de fous…

Brice

[blog_subscription_form]

9 Comments on “(89 Jours) Rencontre: Diversité électrique”

  1. Salut Brice, pourquoi tu roules le REX à vide??! Tu étais en avance sur ce rdv tu aurais pu faire un crochet… Bon j’avoue que j’ai aussi pris l’habitude de ne plus aller chez Total… Ça sent pas bon. C’est sale par terre, et c’est cher! Je n’ai qu’un plaisir à vrai dire, c’est de voir la tête du vendeur quand je viens payer en lui disant j’ai fait le plein!!!
    Très sympa le partage d’xp. Je vais chercher s’il y a des équivalents du côté de chez moi…

    1. Salut Guillaume
      Alors pourquoi je roule à vide ? Et bien pour plusieurs raisons très simples et aussi bêtes les unes que les autres tu vas voir:
      – J’ai vidé mon REX lors d’un retour de Grenoble
      – J’ai eut le flemme de refaire le plein
      – La vrai raison: j’ai un peu honte de ramener mon i3 dans une station essence et moins j’y vais, mieux je me porte (et comme tu le dis… ça pue, c’est sale).

      Hier, j’ai pris le bidon d’essence (du SP95) de ma tondeuse à gazon et j’ai remis 3 litres depuis chez moi (dans mon garage), au cas où… 😉

  2. Intéressant de pouvoir comparer des VE de taille « sensiblement » identique. J’ai hate de pouvoir lire tes commentaires sur la Leaf (qui elle doit être un peu plus grande).
    Sinon niveau habitabilité, l’i3 comparée aux deux autres on est comment? (à part les portes de l’i3 😄)

    1. Alors écoute, je vais te donner un avis sur l’habitabilité de la i3 comparé à la Zoé: l’i3 est très très grande à l’intérieur compte tenu de son format pourtant compact. L’habitabilité est d’ailleurs celle d’une Série 3 chez BMW, donc c’est assez énorme et on se sent bien dedans : c’est aéré et zen. Les places arrières sont également largement faite pour 2 bons adultes à forte corpulence, sans soucis et si on ne recule pas les sièges à l’avant au maximum, il y a de bonnes places pour les genoux pour les plus grands. Par contre, le plancher est haut à cause des batteries et on se retrouve à avoir les jambes un peu en hauteur au lieu d’être plus allongées.

      Tout cela est rendu possible pour la simple et bonne raison que : le capot avant de la voiture est rétréci au possible, et l’espace dans le coffre arrière est aussi relativement faible. Du coup, ça permet de gagner cet espace dans l’habitacle.

      La Zoé est beaucoup plus classique dans son format. Il y a 5 vrais places (que 4 dans l’i3 car pas de place au milieu – porte gobelets – et pas de ceinture), et c’est comme si tu étais dans une Clio. En revanche, point négatif pour la Zoé: les places à l’arrières sont vraiment petites, et peu de place pour les genoux. Point positif: un vrai coffre arrière.

      1. Merci Brice, clair au possible. Donc le seul point négatif de l’i3 est/sont le/les coffre/s trop petit ou pas hermétique.

        1. Je ne serai pas aussi gentil que ça si je devais citer tous les défauts potentiels de l’i3. Le problème c’est que certain sont dépendant de la perception de chacun et de son mode de vie.

          En effet, les portes arrières par exemple: gros problème pour certain, aucun problème pour mon cas. Pareil pour le coffre qui reste tout à fait utilisable au quotidien. Le cas du Frunk est un peu particulier mais clairement une non-volonté de faire mieux à la conception.

          Sinon de façon très personnelle, si je devais donner un défaut qui m’agace un peu: je dirai la sensibilité du volant (tenue de route) à haute vitesse. (prise au vent) Pour le reste, je n’ai pas grand chose à redire mais je ferai un article sur ce sujet qui ne prendra pas en compte que mon propre avis 🙂

  3. Merci Brice d’avoir aussi bien relaté cette rencontre historique et pleine d’enseignements mutuels. A réitérer périodiquement, il va sans dire.

    Et que cette pratique se répande, entre quiconque a envie de tisser des liens électro-mobilistes autour du Lac Leman. Je considère en effet (alors même que déjà fortement connecté à toute une communauté de VE Gessiennes par l’association VEGA) qu’un réseau amical de passionnés n’est jamais assez vaste.

    Fort de ce principe, je fais un clair appel de phare à tous les utilisateurs de VE de la région Leman pour qu’ils fassent progressivement connaissance et développent un véritable réseau local transfrontalier. Il y a, pour ce faire, deux opportunités à saisir à court terme :
    1) le samedi 8 octobre avec la 2 ieme journée « Mobilité électrique » à Annecy (aéroport) cf site web de l’Automobile Club du Mont Blanc
    2) le dimanche 9 octobre à Ferney-Voltaire, à l’initiative de la Mairie de cette commune avec la Journée Bio diversité et Mobilité durable.

    Cordialement.

    1. Merci à toi Stéphane pour ton sens de l’organisation et ton engagement.
      Au plaisir de se revoir prochainement lors de quelques événements électriques.
      Je ne pourrai malheureusement pas être présent le 9 mais serait là le 8 octobre sur l’aérodrome d’Annecy de 10h à 14h comme nous en avions parlé ensemble lors de notre rencontre.
      A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *